MAUGER Eugène

Cimetiere militaire beuvraignesNécropole nationale du Bois des Loges à Beuvraignes (Somme)

 

Eugène Augustin MAUGER, ouvrier d'usine, né à Monville  aux "20 maisons" le 9 avril 1891.

 

Fils de Auguste Henri Eugène (°1858), ouvrier d'usine, et de Adèle Augustine PLUMARET (°1859). Mariés à Montville le 21 avril 1883  

 

Exempté en 1913 pour faiblesse générale

Maintenu exempté en 1914

Classé service armé par la Commission de Réforme de la Seine-Inférieure siègant à Rouen le 30 mars 1917 (loi du 20 février 1917)

Arrivé au corps le 25 mai 1917

 

Marié à Monville le 30 août 1917 avec Angèle Eugénie BULAN, ouvrière de filature, née à Monville le 8 mai 1896


Passé à la 17è compagnie du 297è R.I. le 6 juin 1918

"Tué à l'ennemi" le 19 août 1918 à Fresnières (Oise), à l'âge de 27 ans.

 

Campagne à l'intérieur du 25 mai au 30 décembre 1917

Aux armées du 31 décembre 1917 au 19 août 1918

 

MORT POUR LA FRANCE

 

Transcription du décès à Monville le 30 août 1921

Inhumé dans la Nécropole nationale de Beuvraignes (Somme) - Tombe 453

 

Boisdesloges1Le Bois des Loges

 

Du mois d’avril au mois d’août 1918, le Bois des Loges est allemand. Il sert à camoufler l’artillerie et la troupe en vue de l’attaque sur le Matz au mois de juin.

Une nouvelle fois, cette offensive allemande sera un échec pour la 18ème armée de Von Hutier.

Le 8 août 1918, les alliés prennent l’offensive entre Montdidier et Albert

C’est un succès pour les Français et un jour de deuil pour les Allemands. L’ennemi recul et aussitôt, la 3ème armée du Général Hunbert passe à l’offensive devant Montdidier et Boulogne-La-Grasse.

Le terrain se gagne mètre par mètre car si l’ennemi manque de combattants, il ne manque pas de pas de munitions et ses mitrailleuses causent de nombreuses pertes coté français.

Le 11 août 1918, la 165ème D.I, se trouve devant le Bois des Loges et reçoit l’ordre de le prendre.

A peine les soldats français font-ils quelques dizaines de mètres dans les fourrés que les grenades, torpilles et mitrailleuses provoquent un feu destructeur.

Après plusieurs tentatives et échecs, l’ordre est donné d’attaquer le Bois par le Nord-Est et le Sud-Est.

Il faudra 6 jours de lutte acharnée pour que l’armée Française redeviennent maîtresse du Bois des Loges.

Dans la nuit du 17 au 17 août, la 129ème D.I remplace la 165ème DI qui est décimée par 8 jours de combats.

Les Chasseurs Alpins de la 129ème D.I doivent poursuivre l’offensive vers l’Est.

Coté, Allemand, la nouvelle de la perte du Bois des Loges fait craindre à l’état major une rupture du front devant Crapeaumesnil. Aussi il envoie la 6ème Division Bavaroise en renfort dans le but de reprendre le Bois. La lutte durera 10 jours pendant lesquels la lisière du Bois des Loges et les ruines des villages de Crapeaumesnil et Fresnières seront perdues et reprises à maintes reprises.

Le 28 août, les Allemands abandonnent définitivement le secteur Nord de Lassigny et battent en retraite jusqu’à l’Armistice du 11 novembre 1918.

Copyright protection
×