FOURNIER Maurice

1er juiilet 1916

Maurice Henri FOURNIER, journalier, célibataire, né à Eslettes (Seine-Inf.) le 16 mars 1897

 

Fils de Victor Célestin, fileur, et de Armandine Florence BULAN, tisserande. Mariés à Monville le 10 septembre 1883

 

Incorporé à compter du 10 janvier 1916

Passé au 28è R.I. le 9 septembre 1916

Passé au 328è Régiment d'Infanterie le 2 décembre 1916

Disparu au bois d'Avocourt (Meuse) le 1er août 1917

"Tué à l'ennemi" le 1er août 1917 à Avocourt, à l'âge de 20 ans

 

MORT POUR LA FRANCE

 

Transcription du décès à Monville le 13 octobre 1921

JMO du 328e R.I. (extrait)

Relevé le 27 mai, le 328e est dirigé sur la région de Vitry-le-François où il établit ses cantonnements de repos.

Le 14 juillet 1917, le drapeau du 328e escorté de sa garde commandée par le capitaine Hecquet, se rend à Paris pour y défiler devant le Président la République.

Le 27 juillet, les 5e et 6e bataillons viennent occuper le secteur entre le bois d’Avocourt et la Cote 304.

Le 1er août à 4 heures, les Allemands déclenchent pendant quelques minutes un effroyable bombardement sur nos positions ; bientôt les troupes d’assaut ennemies se précipitent en masse sur nos bataillons ; ils parviennent à les refouler et à s’infiltrer dans nos éléments de première ligne. La 23e compagnie est enveloppée et submergée ; la 19e compagnie complètement isolée et tournée se défend avec acharnement et se fait hacher sur place. Mais le Capitaine Hecquet (adjudant-major au 6e bataillon), organise la résistance sur la deuxième ligne, l’attaque est enrayée. Les pertes sont graves. Les nombreux cadavres du 328e qui jonchent le champ de bataille disent assez l’héroïsme déployé par les bataillons.

Après un bref repos, le régiment est appelé à occuper le bois d’Avocourt qui vient d’être conquis et y établit un solide système défensif.  

111avo10

Copyright protection